CONTACTEZ-NOUS

Une question ? Une réclamation ? Ou une simple envie de nous dire bonjour ?
Quel que soit votre message nous vous répondrons au plus vite !

Nestlé Waters Marketing & Distribution, 221 Rue De Birmingham, 1070, Bruxelles, Belgique

BACK TO magazine
Keith Haring à Bruxelles
art
23/09/2019
READ THE ARTICLE

Avec l’exposition “Keith Haring et son entourage belge”, la Galerie de la Béraudière nous offre un extraordinaire avant-goût de la rétrospective tellement attendue à Bozar en décembre prochain dédiée à cette figure majeure de l’art du XXème siècle. En effet, l’artiste américain Keith Haring (né en 1958 et décédé prématurément en 1990) et la Belgique ont entretenu une liaison riche en créations et en souvenirs. Dès 1983, la Galerie 121 d’Anvers l’expose et Keith Haring séjournera plusieurs fois dans notre pays entre 1987 et 1990 lors de ses expositions et commandes initiées entre autres par le célèbre collectionneur knokkois Roger Nellens. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui encore racontent des anecdotes et échanges avec le jeune homme accessible et habité d’un style des plus énergiques et prolifiques qu’ait connu la création artistique contemporaine. Car Keith Haring n’arrêtait pas de peindre et de dessiner... sur tous les supports qui lui tombaient entre les mains.

keith-haring

Remontons le temps... Lorsqu’il arrive à New York en 1978 à tout juste 20 ans, Haring est directement submergé par cette nouvelle culture urbaine et alternative de l’East Village s’exprimant entre autres dans la musique et dans le graffiti. Une sorte de nouveau Pop-Art en plein boom, fidèle aux valeurs revendiquées par Andy Warhol et Robert Rauschenberg dès le début des années 60. Ces précurseurs parmi d’autres de ce mouvement artistique ont révolutionné l’Histoire de l’Art en réinscrivant l’art au cœur de la société de consommation via des sujets populaires et des médias industriels. Même si Keith Haring est rattaché à ce mouvement très médiatisé et adoré par les collectionneurs et amateurs d’art, l’artiste va encore plus loin en réinventant des formes et figures au graphisme immédiatement reconnaissable. Son art est activiste et sensibilise le public aux questions écologiques, au racisme, à l’homophobie et au fléau du sida qui était alors en pleine expansion. Mais avant tout, son art célèbre la vie, la fougue d’une jeunesse qui n’a peur de rien. Si souvent on compare les bonshommes et autres créatures dessinées par Keith Haring à l’univers du cartoon ou du graffiti, l’artiste expliquait lui-même qu’il s’appliquait à créer un nouveau vocabulaire hiéroglyphique, basé sur des inspirations archéologiques de toutes cultures confondues et qui de nos jours, est devenu universel. D’une apparente simplicité, le dessin est expressif, incisif et terriblement juste.

keith-haring

L’exposition tenue dans le salon et la salle à manger du galeriste Jacques de la Béraudière retrace quasi 10 années de créativité fulgurante et ininterrompue. Une quinzaine d’œuvres, de provenance essentiellement belge, de petits formats ou monumentale, sur papier, toile, voire casque de skateboard, révèle le geste extrêmement vivant de l’artiste. Nos préférées resteront deux dessins réalisés à la craie blanche sur un papier noir que l’artiste exécutait en vitesse et à la dérobée dans les couloirs du métro new-yorkais. Car l’art fait partie de la vie et il est pour les yeux de tous! Ce papier noir était collé à même les panneaux publicitaires. Subversif et génial, comme le serait un dessin d’enfant à la craie sur le tableau noir en l’absence du professeur, aussi provocateur que pacifiste, le « délit » artistique de Haring se terminait souvent en course poursuite avec la police, un sprint qui une fois sur deux se terminait au commissariat... 

keith-haring

Découvrez cette magnifique exposition lovée dans un écrin d’esthète qui, à l’occasion du parcours Brussels Design September, a décidé de la rehausser d’une présentation de céramiques du créateur français Olivier Gagnère. L’univers de couleurs flamboyantes et de courbes épurées du designer entre en résonance avec les lignes claires des œuvres exposées de Keith Haring. Si vous avez un coup de cœur, et les moyens, il vous faudra débourser entre 20.000 et 1.300.000 euros pour acquérir une œuvre de cette icône de l’art du XXème siècle. La cote de l’artiste est exponentielle et risque de grimper encore d’année en année en espérant rivaliser un jour avec celle de ses amis Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol… Notez également qu’une œuvre de Keith Haring se doit d’être accompagnée d’un certificat de son estate ou bien d’un pedigree justifié. Ce dernier point vous mettra donc judicieusement en garde d’acheter ces nombreux dessins soit disant authentiques, aux provenances douteuses, dont regorgent les sites de vente online et autres salles de ventes locales.

Didier Brouwers

Copyright des photographies Keith Haring/Galerie de la Béraudière

 

Informations pratiques :

« Keith Haring et son entourage belge »

Galerie de la Béraudière

5 septembre – 31 octobre 2019

6 rue Jacques Jordaens – B-1000 Bruxelles

Du lundi au vendredi de 10 à 18h00

www.delaberaudiere.com

 

« Keith Haring »

BOZAR

6 décembre 2019 – 20 avril 2020

23 rue Ravenstein – B-1000 Bruxelles

www.bozar.be

 

 

x